>
Burkina Faso » Avant de s’envoler pour la Côte d’Ivoire, le Premier ministre a invité les populations à reprendre le travail dans la sérénité ; démentant ainsi la rumeur qui avait couru ce week-end sur sa démission. Il avait à ses côtés le ministre Auguste D Barry qu’on n’avait pas revu depuis le début de la semaine dernière (LeFasoNet) Burundi » Un nouveau sommet extraordinaire   des chefs d'Etat de la communauté est-africaine se tient ce lundi à  Dar es Salaam en Tanzanie.  Il sera question du Burundi et des élections qui ont eu lieu lundi dernier, le 29 juin. Des scrutins très critiqués par la communauté internationale (medias) Burkina Faso » L’histoire de la transition Burkinabé après l’éviction de Blaise Compaoré il y a à peine dix mois connaît un autre tournant avec la démission cet après-midi du Premier ministre Isaac Zida (Œil d’Afrique) Burkina Faso » Le Premier ministre Yacouba Isaac Zida se rend en Côte d’Ivoire les 6 et 7 juillet pour une visite de travail et d’amitié selon un communiqué publié par le Premier ministère ce dimanche soir. Avant son départ, il devrait livrer à la presse un "important message" selon la direction de la communication du MATDS (LeFasoNet) Egypte » Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a assuré samedi que la situation était « stable » dans le Sinaï, où il a effectué une visite surprise trois jours après des attentats meurtriers dans ce bastion du groupe Etat islamique (EI) (médias) Nigeria » Des femmes kamikazes se sont fait exploser au milieu de villageois en fuite dans la banlieue de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, où de nouveaux combats ont opposé l’armée au groupe islamiste Boko Haram, ont raconté samedi à l’AFP Burkina Faso » Les concertations se poursuivent pour trouver une issue heureuse à la crise qui oppose le Premier ministre Zida à ses frères d’armes du RSP qui exigent sa démission. Le sujet a sans doute été évoqué au cours de l’audience que le président Michel Kafando a accordée ce vendredi matin à l’ambassadeur des Etats-Unis au Burkina (Le FasoNet) Haïti : » Des organisations sociales, étudiantes et syndicales ont annoncé pour ce vendredi 3 juillet 2015, une marche contre l’insécurité alimentaire. Cette marche vise à protester contre les mauvaises conditions socio-économiques, auxquelles fait face la population haïtienne, indique Guy Laurore Rosenez, membre du Mouvement étudiant pour libérer Haïti (Mela), lors d’une conférence de presse, ce jeudi 2 juillet 2015, à Port-au-Prince, et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse. Burundi » Les  élections communales et législatives controversées de lundi au Burundi sont pointées du doigt par la communauté internationale. Les Nations-unies ont mis en doute jeudi la validité de ces scrutins, marqués, selon l'organisation, par les intimidations, les violences, les violations des droits de l'homme et les restrictions à la liberté d'expression, tout au long de la campagne électorale (VoxAfrica) Burkina Faso » Les deux soldats français de la mission militaire Barkhane accusés d'actes de pédophilie au Burkina Faso, sont en garde à vue, après avoir été rapatriés en France jeudi matin (médias)
Accueil > Société > Cameroun : requêtes à l’Université de Douala, des étudiants en colère

Cameroun : requêtes à l’Université de Douala, des étudiants en colère


.

Ai – Cameroun – Le mercredi 02 mai 2012, les étudiants des niveaux un, deux et trois de la filière communication se sont réunis devant leur département pour manifester leur exaspération vis-à-vis des responsables de l’administration.

La publication des notes à l’origine de la colère

Après la publication des notes du premier semestre, le dimanche 29 février, un grand nombre d’étudiants avaient été choqués de ne pas trouver leurs noms sur les listes alors qu’ils avaient bel et bien composé.

Abattus mais déterminés, ces étudiants avaient décidé de se mobiliser, sous l’initiative d’un des leaders du niveau 3, mercredi, devant le rectorat à partir de 06 heures du matin afin de prendre de court les dirigeants qu’ils considèrent responsables des injustices qu’ils subissent chaque année.

Une affaire de requêtes

A l’heure convenue, la majorité des étudiants en cycle de licence de la filière communication ont fait entendre leurs réclamations aux responsables de leur département. Les revendications des étudiants sont échelonnées. Les premières plaintes découlent des étudiants légitimement inscrits en troisième année (car ayant en leur possession un quitus de troisième année) mécontents du fait de l’absence de leurs noms sur les listes des notes du premier semestre affichées quelques jours plus tôt. Le deuxième niveau de mécontentement est celui des étudiants qui, non seulement subissent le supplice d’attendre anxieusement les dernières délibérations de l’administration pour confirmer leur accession en troisième année, mais en plus, ne voient guère leurs noms sur les listes proclamant les résultats du premier semestre. Le troisième niveau de plainte naît de la longueur de la procédure de traitement des requêtes relatives aux étudiants dont les quitus en troisième année n’ont pas été délivrés à cause de leur nombre insuffisant de crédit en deuxième année.

Comment valide-t-on les unités de valeur (U.V) ?

Pour passer de la deuxième à la troisième année l’étudiant doit avoir soixante crédits, c'est-à-dire qu’il doit valider toutes ses unités de valeur (U.V). Mais avec le système de modules, même en validant seulement neuf ou huit unités de valeur, l’étudiant peut bénéficier de délibérations favorables. C’est à cette fortune qu’aspirent les étudiants du troisième type de plainte. « …j’ai validé neuf U.V sur dix au niveau deux, mais les gens-ci refusent que je passe en troisième année. Alors que je vois des gars qui n’ont que huit sur dix prendre leurs quitus comme s’ils achetaient un bout de pain… », se lamentait Vincent un étudiant décidé à composer sa licence en 2012. Le problème d’Armand est encore plus révoltant que celui de Vincent, le jeune homme a validé toutes les unités d’enseignement en première et en deuxième année, mais ses notes ne paraissent pas. Le laxisme de la cellule chargée de traiter les requêtes de ces étudiants est la cause principale de nuits épouvantables.

Pour calmer les assaillants, le Docteur Metote (l’actuel chef de département de la filière communication) avait promis aux étudiants désespérés un affichage imminent des requêtes délibératives, qui d’ailleurs, dira-t-elle, ont fini d’être examinées.

La goutte d’eau de trop

Le lendemain, jeudi, les étudiants se sont rués vers le décanat de la filière communication pour consulter les nouveaux affichages. Malheureusement, rien n’avait changé. Une étudiante en troisième année, au bord des larmes, s’est exclamée, «… ils nous ont eu, ils n’ont rien traité. Ça c’est strictement la photocopie des récapitulatifs qui ont suscité l’écriture des requêtes pour ceux dont les notes auraient dû être modulées pour donner soixante crédits. ». Un de ses camarades lui a répondu, «… tu croyais que quoi ? Il y a une fille de la classe qui a reproché à madame Metote son incompétence devant elle, hier ici quand il y avait le désordre. Tu connais l’égo de ces docteurs... ».

Accompagné de certains camarades des niveaux 1, 2 et 3, Armand, notre malheureux étudiant s’est dirigé vers le bureau du Docteur Metote pour lui demander ce qui va se passer pour les étudiants dont les noms ne sont pas apparus sur les listes sanctionnant les travaux du premier semestre. A cette question, le chef de département a répondu qu’il a mis en place une cellule spéciale pour ce problème. C’était certainement la goutte d’eau de trop.

Ce rebondissement dans l’affaire des requêtes jamais affichées ou affichées sans traitement laisse présager des lendemains tumultueux dans le campus universitaire dans les prochains jours car les étudiants entendent aller jusqu’au bout de leurs revendications. Affaire à suivre.

Nadal, Ai Douala - Cameroun



 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Loading




Articles relatifs

Visites

Affiche le nombre de clics des articles : 3509535