>
Tunisie : » Manifestations de joie, déclarations politiques et commentaires se sont succédées toute la nuit en Tunisie, après le vote de dimanche pour le second tour de la présidentielle. Si les résultats officiels ne sont pas encore proclamés, tous les sondages à la sortie des urnes désignent un seul homme : Béji Caïd Essebsi. Cuba » Dans une allocution à l’attention du peuple cubain, le président Raoul Castro a annoncé un rapprochement entre son pays et les Etats-Unis, deux pays voisins entrés en conflit latent sur fond d’embargo depuis 1961 Burkina- Faso » Dimanche 21 décembre était la date anniversaire de la naissance du capitaine Thomas Sankara. Une occasion saisie par le mouvement du balai citoyen et des partis sankaristes pour rendre hommage au père de la Révolution burkinabè. Le Balai citoyen a aussi fait le bilan d’une année de lutte sur la tombe de Thomas Sankara. Etats- Unis » Deux policiers ont été tués par balle dans le quartier de Brooklyn, à New York, samedi 20 décembre. Lors d'une conférence de presse, samedi soir, le chef de la police de New York a déclaré qu'il avaient « purement et simplement été assassinés ». Leur agresseur a ensuite mis fin à ses jours sur un quai de métro. Cedeao » A l’issue de la 73ème session ordinaire du Conseil des ministres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui s’est ouverte mardi dernier  au Nigeria, l’organisation a publié un rapport dans lequel elle informe de l’utilisation d’une nouvelle carte d’identité biométrique. Selon le rapport, ce document remplacera le certificat de voyage actuellement en vigueur. Il devra être adopté par les 15 états membres de la CEDEAO. Nigeria » La figure de proue du ministère de l'Economie et des Finances au Nigéria Ngozi Okonjo-Iweala, a indiqué qu’en 2015 la croissance économique sera moins forte que prévu, avec une progression de seulement 5,5% à envisager, contre 6,4% prévue initialement. Une analyse qui suscite divers points de vue des acteurs de l’économie. Burkina- Faso » Le Fonds monétaire international (FMI) manifeste davantage sa présence aux côtés des autorités de la transition. En effet, une équipe de l’institution de Breton Wood conduite par Laure Redifer, a séjourné du 13 au 19 décembre 2014 au Burkina Faso. Objectifs : discuter du projet de budget 2015 et déterminer la position du gouvernement de transition en termes d’engagement programmatique futur avec le FMI. Burkina Faso » Bisa Williams, sous-secrétaire adjoint américain aux affaires africaines : « Notre rôle, c’est d’observer pour bien comprendre. On verra après ce qu’il y a lieu de faire » Mali » Le Mouvement National de Libération de l’Azawad a publié sur son site internet, un communiqué faisant état de la libération « ce matin à Bamako » de Mohamed Zeiny Aguissa Maïga, un cadre du groupe armé. France » La juge d'instruction marseillaise, Christine Saunier-Ruellan a désigné, début juillet, un expert pour « décrypter et analyser » trois voyages en jet  privé effectués par Nicolas Sarkozy entre décembre 2012 et février 2013 et  facturés à Lov Group, la société de son ami Stéphane Courbit, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier
Accueil > Société > Cameroun : requêtes à l’Université de Douala, des étudiants en colère

Cameroun : requêtes à l’Université de Douala, des étudiants en colère


.

Ai – Cameroun – Le mercredi 02 mai 2012, les étudiants des niveaux un, deux et trois de la filière communication se sont réunis devant leur département pour manifester leur exaspération vis-à-vis des responsables de l’administration.

La publication des notes à l’origine de la colère

Après la publication des notes du premier semestre, le dimanche 29 février, un grand nombre d’étudiants avaient été choqués de ne pas trouver leurs noms sur les listes alors qu’ils avaient bel et bien composé.

Abattus mais déterminés, ces étudiants avaient décidé de se mobiliser, sous l’initiative d’un des leaders du niveau 3, mercredi, devant le rectorat à partir de 06 heures du matin afin de prendre de court les dirigeants qu’ils considèrent responsables des injustices qu’ils subissent chaque année.

Une affaire de requêtes

A l’heure convenue, la majorité des étudiants en cycle de licence de la filière communication ont fait entendre leurs réclamations aux responsables de leur département. Les revendications des étudiants sont échelonnées. Les premières plaintes découlent des étudiants légitimement inscrits en troisième année (car ayant en leur possession un quitus de troisième année) mécontents du fait de l’absence de leurs noms sur les listes des notes du premier semestre affichées quelques jours plus tôt. Le deuxième niveau de mécontentement est celui des étudiants qui, non seulement subissent le supplice d’attendre anxieusement les dernières délibérations de l’administration pour confirmer leur accession en troisième année, mais en plus, ne voient guère leurs noms sur les listes proclamant les résultats du premier semestre. Le troisième niveau de plainte naît de la longueur de la procédure de traitement des requêtes relatives aux étudiants dont les quitus en troisième année n’ont pas été délivrés à cause de leur nombre insuffisant de crédit en deuxième année.

Comment valide-t-on les unités de valeur (U.V) ?

Pour passer de la deuxième à la troisième année l’étudiant doit avoir soixante crédits, c'est-à-dire qu’il doit valider toutes ses unités de valeur (U.V). Mais avec le système de modules, même en validant seulement neuf ou huit unités de valeur, l’étudiant peut bénéficier de délibérations favorables. C’est à cette fortune qu’aspirent les étudiants du troisième type de plainte. « …j’ai validé neuf U.V sur dix au niveau deux, mais les gens-ci refusent que je passe en troisième année. Alors que je vois des gars qui n’ont que huit sur dix prendre leurs quitus comme s’ils achetaient un bout de pain… », se lamentait Vincent un étudiant décidé à composer sa licence en 2012. Le problème d’Armand est encore plus révoltant que celui de Vincent, le jeune homme a validé toutes les unités d’enseignement en première et en deuxième année, mais ses notes ne paraissent pas. Le laxisme de la cellule chargée de traiter les requêtes de ces étudiants est la cause principale de nuits épouvantables.

Pour calmer les assaillants, le Docteur Metote (l’actuel chef de département de la filière communication) avait promis aux étudiants désespérés un affichage imminent des requêtes délibératives, qui d’ailleurs, dira-t-elle, ont fini d’être examinées.

La goutte d’eau de trop

Le lendemain, jeudi, les étudiants se sont rués vers le décanat de la filière communication pour consulter les nouveaux affichages. Malheureusement, rien n’avait changé. Une étudiante en troisième année, au bord des larmes, s’est exclamée, «… ils nous ont eu, ils n’ont rien traité. Ça c’est strictement la photocopie des récapitulatifs qui ont suscité l’écriture des requêtes pour ceux dont les notes auraient dû être modulées pour donner soixante crédits. ». Un de ses camarades lui a répondu, «… tu croyais que quoi ? Il y a une fille de la classe qui a reproché à madame Metote son incompétence devant elle, hier ici quand il y avait le désordre. Tu connais l’égo de ces docteurs... ».

Accompagné de certains camarades des niveaux 1, 2 et 3, Armand, notre malheureux étudiant s’est dirigé vers le bureau du Docteur Metote pour lui demander ce qui va se passer pour les étudiants dont les noms ne sont pas apparus sur les listes sanctionnant les travaux du premier semestre. A cette question, le chef de département a répondu qu’il a mis en place une cellule spéciale pour ce problème. C’était certainement la goutte d’eau de trop.

Ce rebondissement dans l’affaire des requêtes jamais affichées ou affichées sans traitement laisse présager des lendemains tumultueux dans le campus universitaire dans les prochains jours car les étudiants entendent aller jusqu’au bout de leurs revendications. Affaire à suivre.

Nadal, Ai Douala - Cameroun



 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Loading




Articles relatifs

Visites

Affiche le nombre de clics des articles : 2887147